AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|

Aller en bas 
AuteurMessage
Jinx Winchester
* Elle, c'est l'Admin Sadique }

avatar

Féminin Nombre de messages : 519
Age : 28
Humeur : mon âme tombe dans le néant de la souffrance, mon cœur est déchiré. Pourquoi maman ?
Date d'inscription : 08/05/2008

Feuille de personnage
Groupe: The Descent
Pouvoirs: Electrokinésie
Relationships:

MessageSujet: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   Jeu 24 Juil - 23:17

    Jinx noua autour de ses reins une serviette en éponge après être sorti de la cabine de douche. Elle essuya du plat de la main le miroir couvert de buée et sourit à son reflet, elle ébouriffa ses cheveux avant de s’observer dans le miroir. Jinx s’approcha du miroir jusqu'à ce que son nez touche le métal poli, elle s’observa attentivement, avait elle changé ? Etait elle toujours aussi fraîche et belle ? Fraîche elle en doutait, quiconque scrutait attentivement ses yeux pouvait se rendre compte que toutes étincelles d’espoir avaient disparut de ces yeux, l’humanité à ses yeux ne pouvait changé, le monde resterait tel qu’il était. La guerre était inévitable, ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle atteigne New York, vingt peut être quarante ans ? Alors que ferrait elle ? Ses pouvoirs entreraient-ils en guerre tout comme leur propriétaire ? Et si oui de quelle côté de la barrière se trouverait elle ? Pouvait-on désigné un bon et un méchant ? Qui avait commencé à tiré le premier ? Secouant la tête la jeune femme recentra son attention sur l’observation de son corps. Elle était toujours aussi mince et musclé, sa peau avait prit une jolie couleurs dorée qu’elle conservait une bonne partie de l’année grâce à ses « balades » en plein air, oui elle était encore belle, jeune aussi, elle n’avait que 24 ans, bon presque 25 pour ne rien caché, elle se tourna de profil pour se contempler dans la glace, bien qu’elle soit encore jeune il lui semblait que sa poitrine n’était plus aussi haute qu’avant, que sa taille s’était légèrement épaissit et que son teint était soudainement plus pâle. Elle se rasséréna cependant, elle était encore belle et le serrait sûrement encore longtemps, suffisamment pour qu’Il la reconnaisse à son réveil.

    Elle laissa tombé la serviette sur le sol de la salle de bain et traversa son appartement afin de se rendre dans sa chambre, elle choisit dans l’un de ses tiroirs des sous vêtements qu’elle enfila rapidement avant de se positionner les mains sur les hanches face à son dressing dont les portes étaient grandes ouvertes. Que mettre ? Un jean et un tee shirt ? Jinx lança un regard vers la fenêtre, trop froid, la neige ne tarderais pas a arrivé aujourd’hui à en croire le ciel. Elle soupira et se replongea dans sa garde robe. D’ordinaire Jinx se souciait gère de son apparence, car naturellement belle un rien l’habillait, mais aujourd’hui comme tout les vendredi était un jour spécial. Que mettre ? Telle était le cruel dilemme qui la tiraillait. Il allait neiger, certes, et mieux valait qu’elle ne soit pas prise sous la tempête, elle attrapait quelques vêtements et s’habilla. Elle enfila une paire de bottes en cuir fourrée et attacha son duffle-coat, prit son sac et quitta l’appartement en coup de vent, laissant derrière elle un très beau foutoir.

    Il lui fallait parcourir à pied une bonne partie du trajet elle marchait vite afin de ne pas se faire alpaguer par l’un de ces êtres humains zonant dans les rues, lorsqu’elle arriva à hauteur de Lennox Avenue elle pu enfin trouver un taxi. C’était cher payé pour quelques dizaines de kilomètre mais la neige commençait à tomber. Elle indiqua sa destination au chauffeur et ce laissa aller dans la banquette. Profitant de la chaleur de l’habitacle après le froid mordant de la rue. Elle allongea ses longues jambes devant elle en soupirant de bien être. La course durant une vingtaine de minutes, la circulation était dense dans cette partie de la ville, c’était d’ailleurs l’un des seuls endroits où on voyait des voitures, lorsque le taxi s’arrêta devant l’immense structure qu’était l’hôpital de NYC, Jinx se pencha pour régler sa course et sortie de l’habitacle de la voiture, elle claqua la porte du véhicule et entreprit de grimper en faisant attention les marches menant au hall d’entré des visiteurs, le verglas recouvrait certaine, Jinx profitait de son pouvoir pour canaliser son énergie dans la plante de ses pieds ce qui faisait fondre la glace au travers de ses chaussures, elle prenait soin de ne pas élever le voltage et l’arrêtait dès que l’eau ruisselait, elle n’avait pas l’intention de s’auto électrocuter aujourd’hui. Elle poussa la porte du hall et se glissa à l’intérieur du bâtiment, sans prendre la peine de s’informer au comptoir elle se dirigea tout de suite vers les ascenseurs. Les portes en métal se fermèrent, elle appuya sur le bouton du 18eme étage. Quelques minutes plus tard les portes s’ouvrirent devant elle. Elle marcha dans ce couloir blanc et froid, elle détestait les hôpitaux, bien que la dernière fois qu’elle y est mis les pieds elle s’était fait soigné pour une blessure par balle, une balle avait effleuré son côté droit lors d’une traque qui avait mal finit, des points de sutures avaient étés nécessaire ainsi qu’un pansement, un charmant interne c’était occupé d’elle, Jinx en avait gardé un bon souvenir, un moins bon de sa blessure, elle détestait être immobiliser. Casey avait adoré, il aimait savoir où elle se trouvait et qu’elle lui donne souvent de ses nouvelles, ce qu’elle faisait très rarement avant de partir en chasse, elle appréciait de savoir qu’il s’inquiétait pour elle.

    Mais aujourd’hui Casey ne la verrait pas, comme tout les vendredi. Aujourd’hui c’était sa journée, à lui, elle n’était rien qu’a lui pendant quelques heures. Avant d’entrer dans la chambre 1804, Jinx ôta son épais duffle-coat noir, dévoilant la robe rouge qu’elle avait enfilée, une paire de collant noir opaque protégeait sa peau du froid mordant de la rue, ainsi que ses bottes de cuir. Elle détonnait dans tout ce blanc, et c’était le but rechercher, elle lui apportait la couleur dans cette univers ouaté et blanchâtre. Elle entra sans frapper souriante malgré le poids de la culpabilité et de la douleur qu’elle éprouvait en le voyant dans cet état, il était son seul regret, son seul amour. Elle plongea son regard dans le sien, ce regard vide de tout expression.


    « Bonjour mon cœur » Sa voix était claire et assurée, pourtant intérieurement elle n’en menait pas large, elle ne s’installa pas tout de suite à son chevet, elle fit avant un tour sur elle-même faisant voltiger les volants de sa robe. « Je me suis dit qu’une robe par ce temps était ce qui te plairait, voir un peu de couleur et de la folie, comme avant ! » Elle venait tout les vendredi ici depuis l’accident, sans faute, à la même heure, les parents de James ne venaient plus qu’une à deux fois par semestre, quand ils étaient en ville, Jinx était sa seule visite.

    Elle déposa sa veste sur l’un des fauteuils et s’installa près de lui sur le bord du lit, elle entremêla ses doigts aux siens. Avant de se pencher pour l’embrasser sur le front. Son cœur malgré toutes ses années battaient encore pour lui, elle l’aimerait toujours, car il était le seul avec qui elle s’était sentit bien dès le premier instant, son seul et unique grand amour, tout du moins c’était ce qu’elle pensait, elle n’avait plus jamais été touché par un homme après ce qui s’était passé avec James, elle n’avait plus jamais connut la communion physique avec un autre partenaire, elle avait trop peur de ce pouvoir qui était le sien. Elle ôta ses bottes qui tombèrent sur le sol puis s’allongea tout contre lui, son souffle caressant doucement la nuque du jeune homme. Il sentait le savon et l’eau iodée, une odeur qui dans la tête de Jinx n’appartenait qu’à lui. Elle se serra contre lui, les larmes lui vinrent aux yeux lorsqu’elle posa sa tête dans le creux de son épaule. Une semaine stressante, la chasse n’avait pas été facile, une bagarre au States qui avait dégénérer en coup de couteau… Elle laissa lentement glissé les larmes hors de son corps, tout contre lui, elle pouvait se laisser aller.


    « Tu me manques tu sais… » Murmura t-elle doucement alors que les larmes commençait à perler de tache plus foncé le pyjama d’hôpital de James.


    Lorsque Jinx quitta l’hôpital une fine couche de neige recouvrait déjà les trottoirs de la ville, il était près de 21 heures, l’infirmière de garde venait de la mettre dehors, après une journée passer au chevet de James. Elle était passée par les toilettes de l’étage pour effacer les traces de maquillages qui avaient coulés sur ses joues, et détacher ses longs cheveux blonds ondulés. Elle frissonna en se retrouvant dans l’air froid, la neige ne tombait plus mais ce n’était qu’une question de temps avant que la tempête ne se réveille. Elle héla un taxi qui passait devant la structure médicale. Elle n’avait aucune envie de rentrer à pied jusqu’à Park Avenue. Le taxi freina, elle grimpa dans le véhicule et indiqua au chauffeur se destination, elle avait besoin de voir un peu de foule, le Gradiva était l’idéale pour ça.

    Lorsque le taxi jaune freina devant la boîte de nuit, le sac de Jinx avait accueillit sa veste en laine, et ses collants assortis, elle ne portait plus que sa robe qu’elle avait resserré à la taille afin que la jupe soit plus courte et ses bottes. Elle sortit de la voiture juste devant l’entrer, une queue immense courrait sur le trottoir, mais un coup d’œil coquin au gardien et une descende de taxi dévoilant ses longues jambes lui permirent d’entrer sans attendre dans la boite de nuit. Elle confia son sac au vestiaire et descendit les escaliers menant sur la piste de danse, la boite de nuit comportait quatre étages, le réez de chausser accueillait les visiteurs et donnait une vue plongeante sur la piste de danse immense et sur le bar, au premier étage un salon VIP, au deuxième de petites alcôves tranquilles pour ceux qui avaient besoins d’intimité et au troisième les bureaux des dirigeant du Night Club.

    Jinx s’installa tout d’abord au bar, commandant un Cosmopolitan elle observa la foule de danseurs se massant sur la piste, son pied battait la mesure dans le vide tandis qu’elle observait les jeunes de son âge ou plus bougés en rythme. Elle sourit au barman de son sourire qui faisait craquer chacun des hommes qui la regardait, lorsqu’il lui servit son verre, flatté qu’elle lui accorde attention il lui retourna son sourire et lui fit signe que le cocktail était pour lui. Jinx le remercia d’un nouveau sourire et lui accorda un clin d’œil avant d’avaler une gorgée de son cocktail préférée, Casey ajoutait toujours une innovation dans son verre, c’était leur truc, elle devait découvrir quoi parfois il la piégeait, malgré qu’il lui manque un petit quelque chose à la Casey son verre était délicieux. Ses yeux balayèrent la piste recherchant un coin où le niveau de danse était un peu plus élevée, elle avait envie de bougée, elle avait besoin de vie, de couleur, de danse.

    Elle repéra un coin de la piste où un petit cercle s’était formée, elle sourit, vida son verre et se leva, elle ôta ses bottes et siffla le barman, elle se pencha par-dessus le comptoir et lui demanda en criant pour se faire entendre s’il pouvait garder ses bottes derrière le comptoir le temps d’un petit tour de piste, il accepta avec un sourire en lui faisant promettre de ne ridiculiser personne. Elle partit dans un éclat de rire et un scintillement de sa chevelure blonde, quelques minutes plus tard elle se frayait un passage jusqu’à l’espace qu’elle avait repéré. Observant attentivement les danseurs qui dansaient entouré par des clubeurs elle se glissa dans le groupe avec fluidité, collant ses pas sur les autres elle se laissa porter par la musique, son corps bougeait avec fluidité, la ligne de danseuse qu’elle avait rejoint lui souriaient, les volants de sa jupe voltait, vestimentairement elle appartenait plus au WASP du quartier qu’au danseurs Hip-hop du Queens, mais elle avait grandit dans le Queens. Elle avait toujours dansé, elle aimait cela, du hip-hop au rock, de salsa à la valse, l’orphelinat et James l’avait aidé à apprendre chaque style de danse. Elle s’adaptait, mélangeant les genres. La chorégraphie s’acheva, Jinx souriait plus que jamais, quelques mèches de cheveux collaient à son front, elle les dégagea d’un mouvement de la main et se mêla à l’embrassade collective du groupe. « Pas mal pour une blanche » Jinx sourit, on le disait souvent, pas mal pour une blanche. Elle dansa encore un moment sur la piste avant de revenir au bar, ses pieds nues étaient sales mais la joie de vivre était réapparut sur son visage, le monde des vivants s’ouvrait à nouveau à elle. Elle se réinstalla sur son tabouret, ses bottes l’attendaient déjà sur le comptoir, elle sourit à son nouvel ami le barman qui servait un client non loin de là. Alors qu’elle enfilait ses bottes elle sentit une main glissée le long de son dos, elle finit de remettre ses bottes avant de réagir, l’homme qui la pelotait était jeune, plutôt beau garçon mais son petit air supérieur l’agaça aussitôt, ainsi que sa manière de la regarder, comme si elle lui appartenait déjà.


    « Salut vous… » Susurra t-il à son oreille.
    « Au revoir » Le verre de Jinx se renversa sur son costume à près de 500$, son visage changea tout de suite d’expression.
    « Espace de sale garce ! Tu as vu ce que tu m’as fais ! » Vociféra t-il en la menaçant du poing.

    La réaction de Jinx fut immédiate et dicté par la partie sanguine qui sommeillait en elle, elle détestait qu’un homme lève la main devant elle. Elle lui attrapa le poing et lui tordit le poignet vers l’arrière comprimant de sa main sa paume, le forçant à se mettre au sol s’il ne voulait pas qu’elle lui brise le poignet.

    « Lâche moi salope ! »
    « Ecoute moi bien mon grand, je pourrais te brisé le bras net si l’envie m’en prenait alors écoute bien ceci » Elle se pencha à son oreille et murmura si doucement « Relève encore une fois la main sur une femme, avise toi de menacé qui que se soit de la sorte et je te jure que je te retrouverais et ce n’est pas que la bras que je te briserais… Est-ce que c’est bien clair ?»

    Lorsqu’elle fut sur que le message était bien passé elle le relâcha et se redressa à son tour, revoyant ses cheveux derrière son épaule elle reprit sa place au bar et commanda un deuxième Cosmo, laissant le jeune homme s’éloigné en maugréant et en l’insultant. Le barman lui servit son verre.

    « Danseuse, justicière, sexy, vous avez encore d’autre talent ? » Demanda t-il en lui servant son verre.
    « Plein, mais je ne révèle pas tout lors de la première sortie » Répondit-elle amusée.

_________________



    I Try to Be Someone Else
    Someone You Can Be Proud
    But It's Not So Easy
    But I promess You, I try

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   Ven 25 Juil - 12:50

« Bonne nouvelle ami New-Yorkais ! Il est 5h00 et aujourd’hui la neige va devenir la reine de nos chères rue et je peux vous di… »

Noah coupa son radio-réveil d’un geste vif et précis de la main. Coucher dans son lit sur le dos, le bras droit tendu vers sa table de chevet, les yeux clos, Noah était réveillé, bien réveillé. Réveillé depuis longtemps même. Avait-il vraiment dormit ? Qui sait. Noah n’avait jamais été un très bon dormeur. Il n’aimait pas dormir. Trop de chose qu’il s’efforçait de contenir remontait à la surface lorsqu’il dormait. Et il n’aimait vraiment pas ces choses. Donc il n’aimait pas vraiment dormir. Mais aujourd’hui c’était une tout autre raison qui avait troubler son sommeil. Aujourd’hui c’était un jour spécial. Un jour qui clôturerai quatre semaine de chasse. Quatre semaine passer dans l’ombre, attendant des signes, une piste. Et maintenant, Noah était prêt. Tout était préparé, la cible était définit, reconnu coupable par Fort Wood, il avait carte blanche. Alors cette nuit Noah avait été trop excité pour dormir. Oui. Aujourd’hui, quelqu’un devait mourir. De ses mains. Noah ouvrit les yeux soudainement, soufflant pour évacuer tout ce qui restait de cette nuit désagréable, et il se leva, écartant les draps blanc. Le contact du carrelage frais éveilla les sens déjà aiguisé de Noah. Tout le loft était frais d’ailleurs, Noah sentait que la fraîcheur faisait frémir tout son corps, de la nuque jusqu’en bas du dos, étant seuelemtn vêtu d'un caleçon. Mais il appréciait cette fraîcheur : c’était vivifiant. Noah fila directement sous la douche, se frottant les yeux en route. Le jeune homme n’était pas de ceux qui traînait le matin, errant sans but jusqu'à leur cafetière, ni même de ceux qui sautait du lit pour organiser leur journée. Tout était déjà préparé, et il n’aimait pas le café...
Il était de ceux qui…et bien…était comme lui. A vrai dire Noah n’entrai pas dans les normes. Jamais. Même parmi ces homologues SHX, il était hors norme. Après une douche rapide et efficace, Noah noua une serviette autour de sa taille, et s’approcha du miroir plein de buée. Il l’essuya, alluma la lumière et scruta l’image que lui renvoyait l’objet le plus sincère au monde. Ni détour, ni changement, le miroir nous montre tel que nous sommes. Noah vit cette apparence séduisante qui lui servait de corps, et les deux seul choses qui s’en écartait : ses yeux ternes, victime des atrocité qu’ils ont puent voir, et une cicatrice, à droite le long de son torse. En la voyant, Noah se crispa. Mauvais souvenir en perspective. Un cri atroce, des flammes… Pourquoi lui ? Quel drôle d’entité a eut le plaisir sadique de donné a un tueur comme lui des sentiments comme ça ? Souffrance, peine, remords. Noah n’entrait pas dans les standards des SHX-2, à son grand regret. C’était aussi l’une des choses qui l’empêchait de dormir : l’appréhension des sentiments à venir lorsqu’il aurait commis ce meurtre. Pourquoi regretter ce futur geste pourtant juste et dans l’ordre des choses. Il en avait reçu l’ordre, c’est donc qu’il le mérite…


* Alors pourquoi douter…*

Noah baissa les yeux, s’éloignant ainsi d’une vérité que le miroir lui envoyait bien trop fort. Détachant définitivement son regard, il se replongea dans sa transe matinale, s’éloignant des réflexions trop douloureuse. Ainsi, il s’essuya les cheveux avec énergie, se brossa les dents, se rasa et sortit de la salle de bain en la laissant aussi propre qu’a son arrivé, et tout ça sans un bruit. Toujours avec autant de silence, il choisi ses vêtements en fonction du temps et piocha dans sa cuisine de quoi tenir pour la matinée à venir. Une dernière fois Noah regarda, installé sur son fauteuil favoris tout près de son mur de verre, ses différents dossiers, toute les informations qu’il avait accumuler, des photos, des reçut téléphonique… Puis, de nouveau serein et rassuré, il se leva, rangea le tout dans la cache du mur, remit la brique, et consentit à s’habillé. Noah s’habillait toujours le plus tard possible, se sentant mal à l’aise dans ces vêtements qui ne lui correspondait pas vraiment. Mais il était loin l’uniforme militaire… Troquant sa serviette contre un jean, un tee-shirt, un survêt’ à capuche et des baskets, Noah venait en quelques secondes de rejoindre le monde ordinaire, revêtant par la même occasion son masque invisible. Réjouis-toi New-York ! Noah Arlington vient d’apparaitre aux profit de SHX-2.1 ! Noah souffla un bon coup, prit son manteau, ses clefs et sortit de ce Loft qui lui servait de maison en le laissant dans une propreté et un calme en total opposition avec les gens de son âge.
Une longue journée attendait Noah, une journée ennuyeuse jusqu'à l’heure prévu. Il le savait. Mais c’était un mal nécessaire. Pour sauver les apparences, il fallait qu’il aille travailler aujourd’hui comme les quatre dernière semaine dans ce bar / restaurant. Ce boulot, il l’avait choisi car ça le rapprochait de sa cible : en y étant serveur, il pouvait tout les jours servir l’homme qu’il devait abattre. Cet homme qui venait tout les après midi manger avec des collègues. Ce parfait monsieur-tout le monde qui était en fait un indic pour un SHX-1 en liberté. Cet homme que Fort Wood ne voulait plus avoir dans les pattes. Cet homme qui devait disparaître sans aucune trace.

« Alors Noah, près pour ton grand jour ! » lui lança un collègue alors qu’il se préparait en enfilant son vêtement de travail.

« Tu n’imagines pas à quel point Hurley ! » , lança Noah en lui serrant la main, le sourire aux lèvres, l’air…normal.

Par « grand jour » il faisait référence au fait qu’aujourd’hui c’était le dernier jour de Noah dans ce bar.

*…tu n’imagines pas à quel point…* pensa t’il sombrement.

La matinée fut aussi ennuyeuse que prévu. Chaque client était exigeant et désagréable à sa manière, vociférant, se plaignant, dénigrant. Et Noah restait souriant en pensant au bien que ça lui ferait de leur donner à tous une leçon de vie…toujours souriant. Et puis vers 12h45, le premier moment utile de ça journée pointa le bout de son nez. Ce cher monsieur Mcconnor et ses amis de travail. Comme à leur habitude il mangèrent en discutant de sujet qui n’interressait pas Noah. Jusqu'à ce que...

« Bon alors Hank, ce soir 19 heures chez toi ?! »
« Bien sur pas de problème ! »

Là. Cette fois c’était confirmer. Aujourd’hui c’était bien son grand jour. Partit de poker hebdomadaire chez monsieur Hank Mcconnor. L’occasion parfaite pour Noah car…

« Je vais réservé des plats pour ce soir tiens… » lança t’il a son groupe d’ami.

Heureusement pour Noah, Hank était un homme aussi prévisible que la justice moderne. Noah, essuyant des verres en tout discrétion, saisi l’occasion en voyant ce petit empoté se lever en direction du bar.

« Je peux vous aider monsieur ? » lança Noah, un sourire si sincère au visage.
« Moi ? Euh oui j’aimerai… »

Bien. Cette fois c’est bon.
Ce soir monsieur Mcconnor, je vous dédie tout mon temps libre…
L’après midi fut aussi désespérément vide que son homologue matinal. Mais Noah supporta tout plus facilement en sachant ce qui l’attendait. Tout, y comprit le pot d’au revoir. Si il n’avait pas été aussi happé par ce qu’il avait en tête, Noah et sa sensibilité inexpliqué aurait surement été touché par cet adieux chaleureux. Pas aujourd’hui. Cette partie de lui qu’il connaissait si bien avait prit le dessus. Le SHX-2 était là. Pas l’humain.
Des embrassades et des bonnes paroles, et ce fut partit.
18h30, dans Harlem et ses habitations chic, Noah sonna à la porte de Mcconnor, des boîte de repas vide à la main.
18h32, Noah invité à entré par Hank, pose les boîte dans sa cuisine, Hank refermant sa porte sécuriser et muni d’une alarme derrière lui.
18h34, Noah tue l’avocat en lui prenant la tête entre ses mains, l’électrocutant de l’intérieur.
20h00, le gardien du coin à terminé sa ronde, Noah sort par derrière en prenant soin de faire griller chaque source de lumière, emmenant ainsi le corps de monsieur Mcconnor dans une total discrétion. En démarrant, les amis de Mcconnor traverse la rue non loin, se rendant chez leur ami…
20h21, Noah arrivé au port le plus proche, il place le corps dans un container prêt a embarqué pour ce qui fut autrefois l’europe.
Et voila. C’est fait. Aucune effraction, aucune trace du passage de Noah. Dans la maison de feu l’avocat, une lettre d’excuse rédigé de sa main explique la raison de sa fuite à ses proches. Lettre crée de toute pièce par les bon soins technologique de Fort Wood. Qu’on y croit ou non, le corps méconnaissable du container ne sera jamais relier à lui. Point final.
C’était une méthode étrange, presque digne d’un serial killer. Mais ça faisait partit de la formation de Noah. Et la situation tout comme les ordres exigeait ce type d’intervention. Mais ce soir là, à 21 heure, seul dans sa voiture et une fois l’adrénaline retombé, les remords revinrent à l’assaut du cœur de pierre de Noah. Alors qu’il ôtait ses gants de cuir noir, les images de Hank Mcconnor hurlant de douleur dans le creux de la main ganté de Noah lui revinrent en tête. Puis d’autre image provenant d’autres missions… - Souffrance, meurtre, trahison, violence, mensonge.
Noah avait beau ouvrir la fenêtre, il ne se sentait vraiment pas bien. Manquant par deux fois de quitter la route, il préféra s’arrêter et marcher. Comment pouvait-il faire ça ? Tuer avec un sang-froid immuable selon les bons vouloir de ses supérieurs. Il ôtait la vie sans savoir si il le fallait.

* Bien sur il le fallait…ce sont les ordres…les ordres sont bien-fondé car nécessaire…*

Noah se calma avec ces paroles qui avait nombre de fois été répété à ses oreilles. Levant les yeux, Noah put alors percevoir la raison de ce bourdonnement qui semblait le suivre depuis quelques minutes : une boîte de nuit. Un endroit étrangement lumineux dans un New-York si sombre…sombre grâce a des personnes comme Noah. Après être resté quelques temps devant le bâtiment, Noah se surprit lui-même à traverser la rue pour rejoindre un concentré de ce qu’il comprenait le moins chez les autres : le besoin de faire….n’importe quoi. Tous ceux qui venait là buvait, dansait, criait et buvait encore jusqu'à perdre la notion des réalités, et ce sans aucun but a atteindre, aucune mission a remplir. Sa gueule d’ange permis à Noah de rentrer facilement. Après avoir laisser son manteau à l’entrer, le son et la foule engloutit le jeune homme devenu…simple New-Yorkais. Après avoir été balloté 10 bonnes minutes, Noah se détacha de la folie pour un endroit étrangement plus calme, tout du moins ayant moins de personnes aux centimètre carré. Notre SHX favori prit le temps d’observer, de commander une boisson semblable à son voisin, et de s’asseoir confortablement, le regard virevoltant d’individu en individu, un sourire presque naïf aux lèvres. Aussi intrigué que surprit, cette hystérie collective revivifia Noah, laissant ses plus sombres souvenirs au placard pour le moment. Tout ici n’était que vie : les mouvements, les couleurs, les sons. Bien sur, une grande partit de Noah feignait de s’amuser. Mais quelque part, il sentait tout de même que ce n’était pas seulement son entraînement qui lui faisait battre la mesure du pied… Les minutes s’écoulaient et l’esprit de Noah sembla pour une fois prendre l’air. Hors du temps, il les laissa tomber les masques pour n’en revêtir aucun, n’étant personne et tout le monde à la fois. Il faisait partit d’un tout dont il ne pouvait se détacher et qui l’entraînait, lui parlait, le caressait…
Tout était vague, tout était rêve, tout était loin. Sauf elle.
Elle bougea quelque part, fit quelque chose de fort, d’enivrant, de puissant. Elle avait éveillé quelque chose en elle que Noah capta sans le voir. Le rêve devint lointain, laissant Noah suivre ce lien invisible qui l’amenait jusqu'à son propre compte de fée. Il traversa les foules, regard ailleurs, perdu, presque hypnotiser. Noah était toujours conscient, il voyait et sentait mais…un murmure infime lui indiquait le chemin et , certainement rendu vulnérable sans ses masques, il ne pouvait que l’écouter. Un bousculade de plus et il y fut. Le bar. Elle plaquant lui. Lui craignant elle. Noah la voyait seulement de dos, mais il voulait la voir elle, pleinement et…
Elle s’était calmé, le lien s’était amincit jusqu'à disparaître. Noah resta là, seul, de nouveau étranger à ce rêve tourbillonnant. Mais les masques restaient toujours hors porté. Que lui arrivait-il ? Que lui avait-elle fait ?

« Ca ne vas pas joli cœur » lui lança une fille qui n’avait pas froid aux yeux, libéré par la fièvre collective.

« Non…quelque chose ne vas pas en effet… » lâcha Noah, l’air absent, le regard perdu sur la silhouette de cette blonde assise au bar.

Noah encore dérouté tacha de se ressaisir et tourna les talons, inquiet : il avait perdu le contrôle de lui-même a cause de cette part d’humanité. Ca n’était jamais arrivé. Ca ne devait plus jamais arrivé. Alors qu’il commençait à partir, une main fine mais forte le tira en arrière. C’était cette fille qui l’avait appelé « joli cœur »r. Aillant prit Noah pour un amoureux transi à cause de son regard captivé, elle pensa faire une bonne action en rattrapant le jeune homme dans son élan et en le poussant droit sur la joli blonde. Noah retint à grand peine une pulsion sauvage qui lui commandait de riposté : cette fille n’avait pas à le toucher ainsi. Les poings serré devant une telle envie, Noah fut incapable de se rattraper à cause de l’élan. Son dos alla frôler celui de la mystérieuse inconnue. Le choc fut minime et non douloureux, seulement une bousculade, mais ayant observer la dernière prestation de l’inconnue devant un homme trop inconvenant, Noah se retourna en vitesse et intercepta le frêle poignet de cette femme en robe rouge, la main levé, prête à frapper.

« Désolé ! Mais admettez que c’est difficile de circuler sans accrochage dans le coin. » lança-t-il spontanément, le visage serein.

Noah plongea ses yeux saphir dans ceux de la jeune femme qui, même pour quelqu’un d’aussi détaché que Noah, était très belle. Il sourit devant leur pose très étrange dans ce tableau de fête, et Noah consentit à lâcher le bras de la demoiselle.

« Aoutch… »

Electricité statique. Une sacré châtaigne oui ! A la fois puissante et discrète. Noah était habitué à attiré l’énergie parfois. Mais ça n’était encore jamais arriver de cette manière…comme quoi il lui restait encore du travail à ce niveau. Noah, fidèle à son masque du parfait New-Yorkais, avisa le verre renverser sur le bar, devant la jeune femme, certainement à cause de Noah.

« Ok là je suis obligé de vous en payez un… » dit-il en pointant le liquide qui s’étendait sur le comptoir.

Noah sourit, baissant parfois les yeux, détourant le regard. Il ne devait pas s’imposer, resté distant et passif. Après qu’elle est reçu son verre et qu’elle est papoté de tout et de rien, Noah partirai sereinement grâce a un prétexte de l’instant. C’était la meilleur chose à faire, il n’avait que trop traîner ici.


« Désolé messieurs-dames vous allez devoir patienter il faut que j’aille en chercher dans la remise… » leur lança le barman.

Par encore assez apparemment. Bon...


« Au fait, je m’appel Noah. Enchanté, mademoiselle self-défense. »

Nul comme entré en matière, vous en conviendrez… Excusez Noah, il n’a pas encore été mis à jour qu’en aux phrases les plus cool du moments. Une visite à Fort Wood s’impose…
Revenir en haut Aller en bas
Jinx Winchester
* Elle, c'est l'Admin Sadique }

avatar

Féminin Nombre de messages : 519
Age : 28
Humeur : mon âme tombe dans le néant de la souffrance, mon cœur est déchiré. Pourquoi maman ?
Date d'inscription : 08/05/2008

Feuille de personnage
Groupe: The Descent
Pouvoirs: Electrokinésie
Relationships:

MessageSujet: Re: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   Sam 26 Juil - 22:50

    Jinx aimait faire la fête, avec modération mais elle aimait danser pendant des heures, boire un peu d’alcool, flirter parfois, rabrouer plus souvent, elle aimait être entourée de ses semblables, bien qu’elle soit différente d’eux, elle aimait le contact d’autre être humain. Elle se contentait de ce genre de rapport, elle n’allait jamais plus loin, elle ne voulait blesser personne, voila pourquoi elle surveillait la quantité d’alcool qu’elle ingurgitait et prenait régulièrement son « pouls » émotionnel. Sa plus grande peur, perdre le contrôle de son pouvoir alors qu’il y avait foule autour d’elle, voila pourquoi Jinx veillait à ne jamais s’énerver en public. Enfin on ne peut jamais dire jamais pas vrai ?

    L’incident qui eut lieu au comptoir n’avait rien de vraiment violent pour Jinx, elle avait juste réagit instinctivement, en bonne Chasseuse de prime qu’elle était, elle détestait que quiconque porte atteinte à son intégrité physique et cet homme avait violée son espace vitale en la touchant puis en la menaçant, les réflexes étant ce qu’il était, elle avait réagit à une agression avec une rapidité étonnante pour une si frêle et féminine jeune femme. Son coups d’éclat fit d’elle le centre de l’attention pendant quelques secondes puis les regards se tournèrent vers d’autre horizon, le barman quant à lui la taquina sur son geste.


    « Oh, ça veut dire que tu me propose un rendez vous ? » Lui demanda t-il en lui servant son nouveau verre.
    « Peut être, qui sait si jamais tu dévoiles tes talents cachés toi aussi. Jinx Winchester » Elle flirtait, son sourire canaille sur les lèvres.
    « Ben Quesler. Je ne suis pas sur d’être aussi bon que toi pour l’immobilisation de mec bourré, mais j’ai quelques talents qui pourraient te surprendre… »
    « J’aimerais bien voir ça… »
    « Il y a des alcov… » Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, Jinx se fit bousculé, bien que doucement, son verre lui échappa des mains, se vida sur le comptoir, et se brisa au sol de l’autre côté du comptoir.

    Jinx réagit au quart de tour persuadé que l’homme de tout à l’heure revenait à la charge sa main se crispa, son poing se serra et elle se retourna prête a envoyer au tapis cet importun décidément trop fier à l’aide d’un bon direct du droit. Mais elle fut arrêtée en plein geste, une main agrippa son poignet à quelques centimètres de sa cible, pour la première fois depuis bien des années un homme, un être humain, était arrivé à la distancer, elle ne manquait jamais une cible, ses coups portaient toujours, jamais elle n’avait été bloqué ou parer en combat à main nue. L’alcool ? Non, elle n’avait but qu’une petite coupe à martini et même saoule ses réflexes ne diminuaient pas tant que cela. Etonné Jinx fixait cette main qui maintenait son poignet en l’air, son front se plissa légèrement. Comment avait il fait cela ? Sa main était partie à une vitesse folle, comment avait il intercepter ce boulet de canon humain ?

    Il prononça une phrase qu’elle n’entendit pas, son regard venait d’accrocher le sien, comment magnétiquement aimanté au sien Jinx ne pouvait détourner ses yeux des siens, son souffle se figea. Elle se noyait, ces cellules nerveuses interprétèrent mal le message du corps de la jeune femme, une légère décharge partit du corps de la jeune femme alors qu’il relâchait son emprise sur son poignet. La décharge fut bref mais douloureuse pour les deux jeune gens, la main de Jinx étant mouillé elle reçut la décharge en double et lâcha un.

    « Aie ! »de douleur, elle venait de s’auto électrocuter, cela devenait une manie en ce moment, l’autre soir lors de son service, elle avait malencontreusement laisser échapper une décharge alors qu’elle faisait la plonge dans l’arrière salle, elle avait mis deux jours avant de pouvoir à nouveau regarder sa mains sans grimacer. Il ne fallait pas qu’elle se repose sur ses laurier, son pouvoir était encore volatile, elle pourrait blesser quelqu’un, il fallait qu’elle se remette à travailler sur son pouvoir dans les plus bref délai, elle ne voulais pas blesser à nouveau quelqu’un.

    A cette pensée des images se bousculèrent dans son esprit, lui faisant rompre le contact visuel avec ce jeune inconnu aux réflexes étonnants. James… Le cris qu’il avait poussé, un cris inhumain, expression d’une douleur atroce qui était aller jusqu'à provoquer le Black-out complet de son esprit. Ses yeux vides de toutes lueurs. Cette vie qu’elle avait gâchée. Un voile noir s’était déposé sur ses yeux d’ordinaire si lumineux, il fallait qu’elle se contrôle, qu’elle ne laisse plus son pouvoir lui échapper. Bien sur elle ignorait que tout n’était pas de sa faute, le pouvoir de Noah avait attiré le sien, mais elle ne pouvait pas le deviner, elle pensait juste lui avoir envoyé l’équivalent d’une châtaigne, il penserait à de l’électricité statique comme tout être humain normal.

    « Ok là je suis obligé de vous en payez un… »


    Cette phrase la tira de ses pensées inquiète et infiltrer par de douloureux souvenirs. Jinx releva les yeux vers lui mais elle ne captura plus son regard avec le sien, il semblait étrangement familier, mais pourtant elle ne l’avait jamais rencontré, elle en était certaine, mais elle avait une étrange impression de déjà vu.

    « Pas la peine, c’était la maison qui offrait » Tenta t-elle d’argumenter, elle n’avait plus qu’une envie après ce léger incident rentrer, si son pouvoir lui échappait rien qu’en regardant un homme dans les yeux qu’arriverait-il si quelqu’un l’effleurait de trop près. C’était une mauvaise idée d’être venu ici, pas après cette journée, il y avait eut trop d’émotions, d’ordinaire elle se contentait de boire un verre ou deux dans le confort douillet de son appartement. Pourquoi était elle venue ?

    Le barman la tira de sa veine tentative, l’air légèrement vexer de l’attention un peu trop insistante qu’elle avait portée au jeune homme en le dévisageant ainsi. « Désolé messieurs dames vous allez devoir patienter il faut que j’aille en chercher dans la remise »

    Merde, « Au fait, je m’appel Noah. Enchanté, mademoiselle self-défense », ohoh en plus il avait sûrement repéré son bref coup d’éclat avec cet homme au bar, qui ne l’aurait pas remarqué sur le moment, mais les autres semblaient ne pas avoir donner plus d’importance que cela à l’action de la jeune femme.

    Elle baissa les yeux, contemplant ses chaussures durant de longues secondes, lorsqu’elle releva les yeux elle croisa enfin son regard et son léger sourire, alors qu’elle ouvrait la bouche pour se présenter une voix l’apostropha.


    « Hey Winchester ! »

    C’était Ben le barman qui fit glisser son verre jusqu’à elle, Jinx le réceptionna en tendant la main, ses doigts se refermèrent sur le verre. Elle faillit le porter à ses lèvres mais ne le fit pas, elle se tourna vers son « compagnon » et lui fit un léger sourire.

    « Jinx Winchester…C’est le nom de miss Self Défense. »

    A l’expression de son visage elle sentit que quelque chose n’allait pas il semblait s’être figer lorsqu’elle avait prononcer son nom. Jinx fronça les sourcils intrigués par ce comportement. Peut être le connaissait elle finalement ?

    [Un peu court, mais c'est pour introduire le dialogue]

_________________



    I Try to Be Someone Else
    Someone You Can Be Proud
    But It's Not So Easy
    But I promess You, I try

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   Mar 29 Juil - 0:48

    La fête.
    Noah n'avait jamais aimer faire la fête. Premièrement, en bon soldat qu'il était, c'était une perte de temps que de s'amuser en buvant des litres d'alcool, de flirter avec des inconnues, de crier pour un rien sur une musique ayant pour obscure mission de vous déchirez les tympans. Et puis pourquoi Noah aimerait il la fête ? Il n'avait jamais rien eu a fêter. Pas même ses anniversaires. Et peu de gens aurait été attiré par une fête en l'honneur de sa 25 ème victime. Non vraiment Noah n'arrivait pas à capter le concept des fêtes. Mais qui pouvait l'en blâmer : il n'avait pas été programmer pour. Et puis au délà de l'incompréhension, c'était le danger que représentait un évèneement de ce genre pour quelqu'un comme lui qui lui avait donner cette répuslion instinctive. Un tel rassemblemant de personne et d'alcool pouvait, après quelque heures de débauche, détruire la couverture de soldat même aussi expérimenté que Noah : l'ivresse et la folie d'une soirée arrosé ressemble au pire des interrogatoire pour le jeune SHX-2. Les gens d'ordinaire si réservé et craintif perdent toute inibitions, pose des questions personel aux hasard et parfois...tombe juste sur LE point sensible auxquels on est pas préparé...
    Aussi étrange que cela puisse paraître, le personel de Fort Wood les avaient mit en garde, eux les SHX-2, contre ce genre de soirée. Un vrai cauchemar d'après eux. Et après 17 ans d'aservivsement total, Noah n'avait pu que croire leurs discours de mise en garde.
    Voila pourquoi en entrant ce soir là dans la boîte de nuit bondé, Noah n'était pas à ça place. Et pourtant il était là, poussé par un étrange désir de se sentir...vivant, humain, normal. C'était comme si inconsciement il essayait d'équilibrer la balance de son être. Ce soir son côté sombre l'avait fait tuer quelqu'un. Son côté humain réclamait donc son heure de total emprise sur Noah à son tour...
    Ainsi réduit en esclavage par ses diiférente facette de personalité, Noah avait erré, seul, perdu, porté par la marré de la foule, libre. Pendant plus d'une demi-heure, il n'avait pensé à rien, absolument rien. Horreur, meurtre, traque : toute cette saleté avait été lavé par une mer de New-Yorkais en transe, dançant en rythme plus ou moins synchonisé sur un son si fort qu'on pouvait se demander comment les vitres du batimênt pouvait encore résister !
    Et puis, après l'avoir fait voyager et sentir la vraie vie, la mer aussi capricieuse qu'Olivia Reichs le rejeta là ou elle l'avait happé, le bar, avec plus ou moins de subtilité...
    Une bousculade et une prise à la jackie chan plus tard, Noah s'était retrouvé assis au bar, payant un verre renversé à une inconnue décidement...dissonante.
    Une dissonance...elle était pour lui une note plus haute et plus belle encore que la symphonie des fêtards. Quelque chose en elle faisait qu'elle appartenait à la fois groupe, sans pour autant leur ressembler entièrement. Noah avait lu cette différence dans ses yeux qui retranscrivait leurs surprise devant l'arrêt impeccable de son bras. Il avait lu cette différence derrière ce rideau de surprise lorsque, comme maintenu par une force invisible, leur bras joint les avait forcer à croiser leurs regards...
    Et quel regard !
    Si il avait pu, son coeur se serrait fendu en deux devant ces yeux.
    Il ne pouvait pas.
    Il s'était juste comme arrêté une fraction de miliseconde pendant lesquels Noah avait cessé d'être, simple spectateur de cette intrue dans la mélodie des autres. En pensant à cela, là, assis aux comptoir, attendant qu'on serve la jeune femme, Noah se demanda bien qu'elle note il pouvait être aux yeux du monde.
    Un grave désagréable parmis des miliers de doux aigus ? Un accord parfait entouré de note raté ?
    Mieux vallait-il qu'il ne sache pas, pas encore.
    La vérité l'aurait détruit.

    Reportant son attention de toute façon inévitablement capté par Elle, Noah remarqua qu'elle semblait changé...moins...enfin plus...
    Gêné.
    Oui elle semblait gêné par la précense de Noah.
    Le jeune homme détourna les yeux, intrigué. La compréhension de l'esprit féminin n'était pas son fort dans ce genre de situation, même Fort Wood n'avait pas eut le cran d'avancer des standards de pensée féminine : c'était bien trop complexe et aléatoire pour être cerné, même par le personel féminin de la base !
    Révelant son côté enfant et naïf, Noah se mit à faire une grimace avec ses lèvres, comme celle d'un gamin de qui on attendait une réponse qu'il ignorait. N'ayant d'autre échappatoire, Noah se mit lui aussi a jouer les gêné : c'était le seul moyen qu'il avait trouver pour paraître normal. Toute autre prise de risque aurait été un suicide sociale.
    Son coeur se mit à battre plus fort, non pas à cause de sentiment, mais parceque Noah sentait qu'il perdait le contrôle : le verre qu'il avait promit m'était du temps à venir, et elle semblait être une fille assez compliqué à comprendre. Si elle se lançait dans une discussion...
    Décidé à partir, Noah c'était tout de même présenté, histoire de resté normal et de peut-être rendre cette inconnue encore plus gêné. Des secondes de vide passèrent, pendant lesquels Noah commençait a sentir que sa noirceur, préssé par l'urgence, commençait a revenir au galop, tachant de percé cette bulle de rêve qui envellopait Noah.
    Il y eut cependant des regards de l'une et de l'autre, des sourire caché, des frissons agréables...Noah n'avait jamais parut aussi convaincant dans son jeu. Jouait-il ? Certainement. Beaucoup ? Peut-être pas tant...
    Cette bulle de rêve était agréable, Noah décida de la conservé un peu, décidé à finalement profiter de cette occasion rare de découvrir cette attirante inconnue, et peut être le Noah caché...


    « Hey Winchester ! »

    Qui aurait cru que les barmans savait briser les bulles ?

    Winchester. Un nom. Un seul foutu nom de famille, et voila que quelque chose vint s'activer loin, loin dans la mémoire de Noah. Un doute furtif qui laissa tout de mêm l'opportunité a la face sombre de Noah de venir mettre son grin de sel dans cette bulle moins éclatante...
    Alors qu'elle se tournait pour réceptioné son verre, assez habilement d'ailleurs, Noah laissa ses yeux dérivé, en pleine réflexion.

    * Winchester...Winchester...*

    Un nom qu'il avait déjà lut, entendu...et pas dans les meilleurs endroits. Que ce nom soit relié a un SHX-1 ou un Descent, une chose était sur : ce nom était sur sa liste. Noah releva légèrement les yeux vers elle, des yeux étrangement moins brillant, plus...terne.

    « Jinx Winchester…C’est le nom de miss Self Défense. »

    Noah la regardait, à moitié présent. Ce pourrait-il que...
    Non, Winchester est un nom assez courant. Ce pouvait être une coincidence, selon les probabilité s'en était certainement une. Noah ce décida, prêt.

    " Winchester... Un lien avec Samuel Winchester ? Du colorado ? " lança-t-il avec persuasion, comme si cette question était le fruit de son air troubler.

    Cette fois c'était sur, Noah n'allait pas rentrer tout de suite. Il fallait crée un lien avec elle, pour pouvoir la revoir après que Noah est enquêté sur elle. Ce soir, Noah venait de ce trouver une nouvelle mission, qui commençait par s'assurer que cette coïncidence en était une. Il l'espérait. Autant pour elle que pour lui. Mais pour crée un lien, il n'avait pas besoin d'être SHX-2.1.
    Désolé petit monstre qui sommeil en Noah, ce soir tu es l'outsider.
    Noah se rémergea très vite dans l'instant présent, décidé a bien profiter de cette soirée tel qui l'entendait, mais avec un nouveau sous-objectif en sommeil. Réjouit-toi petite Jinx, ce soir tu as le droit au meilleur de Noah Arlington. Espérons pour toi que ça reste ainsi.

    " Non ? Ah dommage ça aurait été marrant de rencontrer quelqu'un de ça famille, c'était mon voisin quand j'était enfant et...et me voila déjà à raconter ma petite existence. Désolé j'ai jamais été doué pour démarer une conversation " dit il en souriant simplement.

    Il commanda un second verre pour lui même au barman qui tira d'ailleurs une mine assez contrarié et mauvaise à Noahen en le servant, retournant ensuite nettoyer un verre pourtant déjà propre. Noah qui n'avait pas suivit le petit jeu qu'avait eu le barman et Jinx avant son arrivé demanda assez naïvement.

    " J'ai l'impression qu'il m'en vaut pour quelque chose non ? "

    Jinx sembla sourire pour une raison qui échappa à Noah...
    Décidement, le pauvre garçon était loin d'être normal sur ce coup là. Un petit silence géné s'installa alors, suivit d'un nouveau jeux de regard, de sourire, de souffles tremblants. Noah se fit légèrement plusieurs bousculé par des gens... assez bien habillé.


    Son front se plissa.

    Enfaite, tout le monde était bien habillé, Jinx également. Dans cette robe rouge simple mais ravageuse, elle semblait être une reine et Noah son laquet. Toujours vêtu de son jean et de son sweet-shirt, c'était seulement maintenant qu'il se rendait compte qu'il faisait tache dans le paysage. Noah se regarda et regarda Jinx, celle-ci sembla comprendre ce qui se passait dans sa tête. Noah sourit tel qu'il devait le faire dans ce genre de situation que les autres qualifirait de comique et lui d'extrèmement compromettante. Question de point de vue.

    " Je pensais pas venir c'est pour ça que.."

    Noah fut interrompu par une main puissante qui se posa sur son épaule. Par un sursaut de volonter, le SHX-2 se retint de justesse de ne pas réitéré l'exploi précédent de Jinx. L'étreinte de sa main se fit plus forte sur son verre , et c'est avec un calme qui revenait progressivement alors que l'adrénaline s'échappait que Noah tourna les yeux vers le sot qui ignorait la chance qu'il avait. Un sôt grand. Très grand. Trop.
    Il était trois. Trois trop grand sôts en costume impeccable et lunette noir. Le plus en avant, celui qui tenait Noah, se mit à parler d'une voix forte mais calme.

    " Monsieur veuillez nous suivre, notre patron voudrait vous parlez. "
    " Je.."

    La main sur son épaule rafermit son emprise en toute discrétion, manquant de briser l'épaule de Noah. Il déposa son verre, paya le barman et lança un regard entendu à Jinx qui, même si il ne le connaissait pas encore, était porteur d'un message destiné à calmer sa réaction prochaine : * laisse tomber *. Inutile de l'impliqué. Et puis ça pouvait être dangeureux.
    Attendez ?!


    Noah se fait du soucis là ?! ...

    Le jeune soldat se leva et suivit les trois hommes, attirant quelque regard provenant de ceux qui était encore assez sobre pour voir les détails de ce qui les entouraient. Quittant le bar puis la piste de danse, il firent monter Noah au premier, passnt le long d'alcôve toute plus ombre les uns que les autres, certaine plus bondé que d'autres aussi, mais personne pour Noah...
    Puis ce fut le troisième étage. A travers les vitres, Noah jetta un coup d'oeil en direction du bar. Jinx était là. Il y eut un mouvement a sa droite. Quelqu'un, un homme, s'approchait d'elle avec aisance. On ouvrit la porte du bureau du patron devant Noah, et lui et ces trois grands amis entrèrent. Toujours personne. Seulement des vitres teinté et un bruit de métal derrière Noah.
    Oh.
    Même avec ses très bons rélfexe, Noah ne put éviter le coup de poing ravageur d'un gorille qui était derrière lui. Noah fut projeter au sol, s'écrasant dans un fauteil qu'il renversa dans sa chute. Sonné, il sentit un liquide chaud dans sa bouche. Un coup de poing bien trop dur pour un homme. Un coup d'oeil plus tard, Noah su pourquoi.

    * Poing américain... Costaud et équipé en plus de ça... *

    " C'est pas personel mon pote, mais le patron il est assez chaud et ta jolie blonde a l'air de l'avoir chauffer à blanc si tu vois ce que je veux dire. Alors bon t'es génant quoi...Hey t'es là mon pote ? " dit le garde, poussant d'un revert de main le faueil qui masquait Noah.

    Pendant que le méchant monsieur faisait son habituel monolgue de toute-puissance, Noah s'était allongé sur le dos, prêt. Lorsque le fauteil bougea, il positiona ses mains à l'envers de chaque côté de sa tête, leva ses jambes semi-fléchit, et poussa de toute sa détente. Le colose reçut les basket de Noah en pleine figure, l'expédiant au tapis alors que lui se relevait dans son élan.

    " Désolé, c'est pas personel...mon pote." lâcha Noah en s'essuyant la bouche, le ton de sa voix devenu froid et tranchant.

    Un regard sur le côté lui informa que Jinx était avec ce qui devait être le patron, et à voir ses deux bras entravé par les mains puissante du boss des lieux, l'accueil avait été aussi chaleureux que celui de Noah. D'ailleurs, les deux autres hotesse d'accueil bodybuilder attendait toujours de pouvoir renseigner Noah, armé respectivement d'un couteau et d'un revolver.
    Un revolver. Oh.
    Noah souffla et fléchit les jambes, se mettant en position, les yeux concnetré, les poingts sérrés, en garde.
    Une garde qu'il connaissait bien.
    Un garde militaire.
    Une garde parfaite.


    Noah n'aimait pas les fêtes. Comme il le disait souvent, rien n'était plus sous contrôle lors de tel évènement, ce qui l'empêchait d'être lui même. Mais il faut croire que certaine fête on été spécialement conçu pour l'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Jinx Winchester
* Elle, c'est l'Admin Sadique }

avatar

Féminin Nombre de messages : 519
Age : 28
Humeur : mon âme tombe dans le néant de la souffrance, mon cœur est déchiré. Pourquoi maman ?
Date d'inscription : 08/05/2008

Feuille de personnage
Groupe: The Descent
Pouvoirs: Electrokinésie
Relationships:

MessageSujet: Re: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   Mer 30 Juil - 17:10

    Jinx devait ses prodigieux réflexe à un entraînement particulièrement exigeant auquel elle s’était astreinte dès l’âge de huit ans, elle s’était entraîné chaque jours sans relâche pour devenir une jeune femme indépendante et capable d’assurer elle-même sa protection. Elle avait fait de son corps une arme mortelle, aiguisée et tranchante, un petit bijou de chair et de sang capable de l’aider à accomplir son destin. A dix ans elle était déjà capable de mettre KO un garçon de son âge avec finesse, elle était petite mince pour ne pas dire maigre et agile, elle se glissait sous la garde d’un adversaire avec la félinité d’un chat, elle savait d’instinct comment réagir. A douze ans elle avait apprit tout ce qu’elle pouvait en regardant les autres enfants de l’orphelinat se battre, elle avait besoin de nouveau modèle. Elle avait alors commencé à se balader dans les quartiers aux alentours de « sa maison », a observer tapis dans l’ombre tout ce qui se passait entre les gens de la rue. Elle avait plus apprit en un an qu’en quatre années à l’orphelinat. Mais traîner dans les bas quartiers de la ville n’avait pas été de tout repos, nombre de fois elle avait été invectivé et obliger de sortir les poings pour ne pas finir au cimetière. C’était un de ses soirs là où Jinx avait rencontré Chan Matthews, elle avait quatorze ans et cette rencontre allait faire d’elle le chasseur de prime qu’elle était à présent.

    Il était tard, elle traînait dans les rues, un peu ivre, elle venait de sortir du bar où elle travaillait depuis quelques mois, elle avait accepté qu’on lui paye pas mal de verre et son degré d’ébriété était monté en flèche. Elle vacillait sur ses talons hauts et se demandait comment elle arriverait à regagner l’orphelinat sans entrer en contact avec le bitume. Elle arrivait dans l’avenue de son chez elle lorsqu’elle fut violement plaquée contre un mur, prise à la gorge par un homme dont l’haleine chargée d’alcool caressait son visage. Bien qu’ivre Jinx gardait tous ses moyens de défenses, elle leva son bras parallèle à son agresseur et abattit son coude dans un mouvement descendant sur le bras tendu de l’homme qui la prenait à la gorge, l’homme relâcha son étreinte mortelle sur la gorge de la jeune fille. L’air afflua à nouveau dans les poumons de l’adolescente, mais elle n’y prêta qu’une faible attention, déjà sur ses gardes elle s’apprêtait à esquiver la nouvelle attaque brutale de son adversaire, elle s’effaça en souplesse sur le côté lorsqu’il fonça sur elle, glissant sous ses bras tendu dans l’espoir de l’attraper, elle tendit la jambe, dans un beau soleil l’homme atterrit sur le pavé la tête sur le trottoir, il y eut un crac puis un cris l’homme était tombé sur son poignet, qui maintenant était cassé. Mais il ne brillait aucune pitié dans les yeux de la jeune femme, elle avait apprit depuis longtemps que si elle ne défendait pas sa vie personne ne le ferrait. Au fils des années toutes pitié l’avait déserter lorsqu’il s’agissait de se battre, si elle lui donnait une chance de se relever, son agresseur pourrait lui planter un couteau dans le dos, une fois elle avait faillis y passer, elle ne recommencerait jamais plus cette erreur. L’homme se releva, Jinx était prête, sur ses gardes, prête. Il leva le poing, elle leva la jambe, son pied entra en contact avec l’entrejambe de l’homme tandis que d’une main elle parait son coup et lui envoyait de l’autre un coup de poing au visage. Deux cris, deux cris de douleurs, il tomba au sol, Jinx relâcha sa position, l’alcool revint embrumé son cerveau l’instant suivant, elle vacillât, son équilibre déjà précaire s’écroula, elle tomba en arrière. Elle ferma les yeux attendant l’impact avec le béton, mais rien ne vint, deux bras l’avaient encerclé, l’empêchant de tomber. Jinx perdit connaissance…

    Lorsqu’elle émergea le soleil venait de nouveau de se coucher, elle avait dormir une vingtaine d’heure sans se réveiller, mais elle ne connaissait pas cette pièce aux murs de briques, tout comme elle ne connaissait pas ses draps. Elle se redressa mais un violent mal de tête la recoucha aussitôt, elle tenta de se rappeler la soirée de la veille mais seulement quelques brides lui revinrent en mémoire. Il y eut un mouvement dans la pièce, un brasement léger dans l’air qui la mit aussitôt sur ses gardes, il y avait quelqu’un, quelqu’un qu’elle n’avait pas perçut jusque là.


    « Calme toi, tu es en sécurité ici… »
    « Qui êtes vous ? » Elle n’arrivait pas a voir son visage dans l’obscurité, elle percevait seulement les contours de sa silhouette « Pourquoi m’avez-vous amenez ici ? »
    « Je m’appel Chan, Matthew Chan. Et si je t’ai amenée ici petite fille c’est parce que j’ai vu en toi un grand potentiel. »
    « De quoi parlez vous, je ne comprend pas. »
    « Tu as une force en toi Jinx, une force qui ne demande qu’a se réveiller, je peux faire de toi une farouche combattante… Je t’ai amené ici afin que tu deviennes mon élève. » En prononçant cette phrase il s’était avancé dans la lumière, Jinx pu alors voir son visage pour la première fois, il était défiguré par les stigmates de brûlures. Elle avait été effrayée, terrifiée, il lui avait fait peur mais quelque chose dans ses yeux, une flamme farouche l’avait convaincu de l’écouter.

    Et cette simple rencontre l’avait changer, aussi bien physiquement que mentalement. Matthew l’avait entraîné jusqu’à ses vingt ans, elle était son élève et il lui transmettait tout ce qu’il s’avait sur le combat. Pendant sept ans elle s’était totalement investit dans son enseignement, son corps déjà musclée s’était affiné et avait gagné en souplesse, en rapidité, son corps s’était sculptée mais discrètement, elle semblait fine mais la musculature était là, ses abdominaux bien que légèrement dessinée était bien là, ses cuisses s’étaient durcie, ses attaches s’était affinées. Il avait fait d’elle une parfaite combattante, discrète, mortelle, et insoupçonnée. Elle était de taille moyenne, ses grands yeux vers, sa peau pâle et ses cheveux longs la rendaient fragile aux yeux des autres, mais elle était dangereuse, sous ses airs d’innocence sommeillait un démon. Matthew avait été là pour elle lorsque son pouvoir s’était déchaîné, il lui avait apprit à ne pas en avoir peur, il lui avait enseigné la méditation pour l’aider à maîtriser cette énergie en elle, il lui avait apprit à canaliser ses émotions pour ne pas libérer son pouvoir sans le vouloir. Il l’avait aidé à faire la paix avec elle-même. Mais il n’avait pas pu ôter le poids de la culpabilité des épaules de son élève, il savait qu’elle vivrait avec pour le reste de sa vie, il lui avait simplement dit que son pouvoir était un don, mais que comme toute chose en ce monde il y avait une contrepartie a payé pour sa détention. Le sien, ne pouvoir aimer un homme sans lui faire du mal.

    Elle se rappelait de tout cela lorsque Noah para un coup pourtant imparable, comment avait il pu ? Matthew avait fait d’elle l’efficacité même, elle était prisée en tant que chasseur de prime car elle ne faiblissait jamais, elle réussissait toujours. Comment était ce possible qu’il soit arrivé à l’arrêter ? Elle comprit en noyant son regard dans le sien, il n’était pas comme tout ses hommes qu’elle avait combattu, il était différent, dans son regard il y avait cette force que portait celui de Jinx, elle n’avait jamais vu un éclat pareil dans les yeux d’un autre qu’elle. Et le contact avait été rompu, preuve que peut être il était comme les autres, mais cette étincelle d’énergie qu’elle avait laissé échapper n’était elle pas un signe ? Signe que l’histoire pourrait se répéter ? La gêne s’empara d’elle comme si une vague avait soudainement noyée son assurance, sa confiance, elle se sentait mal, mal à l’aise d’avoir perdu le contrôle même minime de son énergie.

    Noah. Il venait de se présenter. Ce prénom résonnait dans son esprit, à la recherche d’une correspondance qui expliquerait cette sensation de déjà vu qu’elle ressentait au fond d’elle face à se regard, elle cherchait une correspondance qui ne venait pas, elle décida finalement de sourire, il était gentil, agréable pour le moment et légèrement ironique, elle devait de toute manière attendre que son cœur arrête de battre si vite suite à la décharge qu’elle s’était auto administré, ou elle risquait de laisser échapper un éclair dans la foule, il fallait que son pouvoir cesse de ronronner en elle. Elle allait lui donné à penser son prénom lorsqu’une vois l’apostropha de l’autre côté du comtpoir. Ben lui envoya son verre en le faisant glisser sur la surface polie du comptoir. Elle tendit la main par réflexe, analysant l’expression du barman, entre mécontentement et envie mais aussi peut être jalousie envers Noah qui avait réussit à s’approprier l’attention de la jolie blondinette. Elle en aurait sourit si elle n’avait pas vu Noah se figer à l’entente de son nom. Elle se décida tout de même a lui donné son prénom, Jinx Winchester. Peut être avait il entendu parler d’elle, où était il un client du States América ?

    " Winchester... Un lien avec Samuel Winchester ? Du Colorado ? "

    Jinx sourit légèrement, non apparemment pas, il est vrai que le nom de famille Winchester était courant aux Etats-Unis, même très courant. « Non ? Ah dommage ça aurait été marrant de rencontrer quelqu'un de ça famille, c'était mon voisin quand j'était enfant »Un ancien voisin, elle aurait du y penser au lieu de commencer à se dire qu’il était un chasseur de prime ou un client du bar qui la suivait, elle devenait un peu parano.


    « Non aucun lien désolé, je n’ai jamais quitté New York » Mensonge mais Jinx mentait aussi bien qu’un dentiste vous assurant qu’enlever une cari sans anesthésie n’était pas douloureux. « Vous vous en sortez plutôt bien pour quelqu’un de pas très douée en conversation, je n’aide pas beaucoup il faut dire, je peux vous confier un secret mon meilleur ami me trouve insociable a tendance sociopathe. » Elle assortie sa tirade d’un clin d’œil détrompant ses paroles.

    Lorsqu’il commanda un verre pour lui cette fois, Jinx comprit que Ben était décidément contrarié de s’être fait tiré la blonde sous le nez. Jinx en aurait sourit si elle n’avait pas été légèrement énervée en son fort intérieur d’être traité par ce barman comme un bout de viande. « J'ai l'impression qu'il m'en veut pour quelque chose non ? ». Le sourire de Jinx s’amplifia à ces paroles, Noah n’avait pas perçut le manège du barman avec la blonde, il ne devait donc pas « l’observer » avant de l’avoir bousculée, il n’était donc pas un psychopathe, enfin pour le moment rien ne le laissait penser.

    Il sembla alors constaté qu’habiller comme il l’était il détonnait dans cet univers « fashion » et stylisé, mais ce qu’il ignorait c’était que sa « gueule d’ange » même habillé de guenille lui aurait ouvert les portes du Gradiva, Jinx pour avoir travaillé ici de quatorze à dix sept ans le savait par expérience. Bien sur Jinx était bien habillé, mais cette robe n’avait pas été portée pour cette occasion ce jour là. Son arrivée ici avait été aussi imprévue que soudaine, ce besoin de voir des êtres vivants l’avait prise de court. Pourtant bien que Noah sembla gêné, ou contrarié, elle n’aurait su le dire, ses vêtements ne la dérangeait pas, il y avait une aura autour de lui, une sorte de charisme qui faisait que personne ici ne faisait attention à ce qu’il portait. Elle ouvrit la bouche pour le rassurer alors que de son côte il se justifiait sur sa tenue.

_________________



    I Try to Be Someone Else
    Someone You Can Be Proud
    But It's Not So Easy
    But I promess You, I try

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Jinx Winchester
* Elle, c'est l'Admin Sadique }

avatar

Féminin Nombre de messages : 519
Age : 28
Humeur : mon âme tombe dans le néant de la souffrance, mon cœur est déchiré. Pourquoi maman ?
Date d'inscription : 08/05/2008

Feuille de personnage
Groupe: The Descent
Pouvoirs: Electrokinésie
Relationships:

MessageSujet: Re: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   Mer 30 Juil - 17:11

    « Vous êtes très bien comme ça… Moi-même je… »

    Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase, trois hommes était apparut derrière lui, l’un d’eux avait posée sa main sur son épaule, le corps de Jinx se tendit de façon imperceptible pour un œil extérieur, pourtant chaque fibres de son être se mit en alerte, ses mains se serrèrent en un poing, ses pies touchèrent le sol et y prirent attachent, elle attendit, calme à l’extérieur, bouillante à l’intérieur. Sur le qui-vive elle attendit, pour lui ou pour elle ? La était la question.

    " Monsieur veuillez nous suivre, notre patron voudrait vous parlez. "
    " Je.."

    Pour lui, elle nota que le gorille resserra sa main sur l’épaule de son interlocuteur, Noah reposa son verre sur le comptoir et paya le barman qui semblait apprécier le retournement de situation pour le Casanova, leur regard s’accrochèrent, Jinx comprit le message mais ce n’est pas pour autant qu’elle l’appliqua, « Laisse tomber », elle ? Il ne la connaissait pas encore, voila tout, elle n’abandonnait jamais ! Jinx avait travaillé ici, elle savait que le Patron bien qu’elle soit partie quelques jours après son arrivé n’était pas un homme très recommandable. Noah se leva et disparut du regard de Jinx, sa silhouette masquée par celle des trois imposants gardes du corps, Jinx les perdu de vue dans la masse de la foule, elle lui donna dix minutes, si dans dix minutes il n’était pas revenu elle s’intéresserait de plus près à cette histoire, non pas car Noah l’intéressait mais parce qu’elle avait envie d’extérioriser la colère qui sommeillait en elle depuis quelques jours.

    Elle se retourna côté bar et avala un trait du verre que Noah lui avait offert, le barman comprit au regard qu’elle lui lança que toutes ses chances avec elle était partit en fumé, elle détestait les hommes qui se réjouissait du malheur d’autrui, elle nota alors l’alliance à son doigt, de plus elle ne sortait pas avec des hommes mariés, c’était la devise de la maison. Elle ne sentit pas le regard de Noah posée sur elle, ni ne perçut l’infime mouvement à sa droite, elle surveillait seulement l’horloge suspendue au dessus du bar, dix minutes, top chrono.

    Elle ne se doutait pas de ce qui se passait actuellement au troisième étage de la boite de nuit, ni qu’elle avait en dansant et en se battant tout à l’heure attiser la convoitise d’un homme qui n’avait pas l’habitude qu’on lui dise non. Jinx ignorait que Noah après avoir encaisser un unique coup était en train de massacré au dernier étage de la boite de nuit ce qui était sensé être d’ancien marines surentraîner. Non, Jinx buvait simplement son verre en surveillant l’heure d’un œil, attentive au temps qui s’écoulait. Il pouvait s’en passer des choses en dix minutes.

    Deux mains se posèrent sur ses épaules, Jinx en aurait sourit si l’attitude ne l’avait pas surpris, elle ne connaissait Noah que depuis dix minutes, mais quelque chose dans ses yeux lui avait fait comprendre qu’il traitait les femmes avec respect et courtoisie, or ces deux mains posées sur ses épaules la renseignait sur deux choses, l’homme qui la tenait aimait dominé les femmes et bien que musclé d’après la légère pression qu’elle sentait sur elle, il n’était en rien imbattable, trop lourd et trop lent pour elle. Jinx se retourna lentement sur son siège, croisant enfin ce regard qui n’était pas LE sien. Elle ne souriait plus, son visage était froid fermé, dans les yeux de cet homme brillait le désir et l’envie, un désir qui ne soufflait aucun refus.


    « Jinx Winchester… Tu as travaillés pour moi à une époque n’est ce pas, mais tu étais loin d’être aussi bandante. » Murmura t-il à son oreille en entravant ses poignets de ses mains, Jinx ne réagit pas, elle attendait le moment propice.
    « Et vous vous êtes toujours aussi éloignée de la clé vous permettant de ne pas passer pour un gros porc lubrique devant une femme. » Répondit-elle de la même façon. Elle était assise, il la dominait de toute sa taille, mais Jinx avait une capacité qu’il ne soupçonnait pas.
    « Salope, mais j’aime qu’on me résiste » gronda t-il entre ses dents « Tu vas venir avec moi sinon ton petit copain est mort tu m’entends ! »

    Jinx feignit d’être apeuré par la menace et accepta de le suivre, elle ne broncha pas lorsque sa main vicieuse glissa sur son postérieur, elle continua à fendre la foule jusqu’au escaliers. Ils montèrent, Jinx légèrement en retrait par rapport au patron, elle analysait la situation, les lieux, ils passèrent devant les alcôves sans s’arrêter, tout du moins c’est ce que pensa Jinx avant que le patron ne se glisse entre deux niches et ouvre une porte invisible à celui qui ne connaissait pas l’endroit. Il invita Jinx a y entrer, la jeune femme le devança dans la pièce, il referma la porte sur eux, c’était l’alcôve du patron, un lit en métal recouvert de draps de satin rouge sang, des teintures rouges et des voilages assorties décoraient la pièce, des menottes, des fouets étaient un peu partout disposée. Jinx se retourna, elle avait plaquée sur son visage une expression de terreur, son tortionnaire se mit a sourire, la bosse dans son pantalon se fit plus importante.

    « Viens ma jolie viens faire un câlin à Papa. »
    « Mon père est mort lorsque j’avais six ans. » La confiance et la satisfaction envahirent les traits de la jeune femme, ses yeux brillaient d’une étincelle de folie et de colère. Elle se jeta sur lui toutes griffes dehors, la paume de la main de la jeune femme l’atteignit au plexus lui coupant le souffle.

    Ce qui se passa dans cette pièce les dix minutes qui suivirent Jinx et cet homme furent les seuls à le savoir. Lorsqu’elle ressortie de l’alcôves Jinx était légèrement échevelée, et sa robe taché par endroit d’un liquide qui l’assombrissait, certains pensèrent qu’un homme avait salit sa robe dans l’une de ses petites bulles de plaisir, d’autre qu’elle avait renversée un peu de son cocktail sur elle. Elle n’avait rien fait de plus que de se servir de son corps elle avait tenu la bride à ses pouvoirs, mais une chose était sur cet homme ne lèverait jamais plus la main sur une femme, ni sur quiconque, elle s’en était assurée, il était vivant, Jinx n’était pas une meurtrière, mais il mettrait du temps à récupérer.

    D’une démarche assurée elle commença son ascension des escaliers menant au troisième étage, remettant sa chevelure en place, remontant les bretelles de sa robe sur ses épaules. Que trouverait elle là haut ? Un Noah malmener ?

_________________



    I Try to Be Someone Else
    Someone You Can Be Proud
    But It's Not So Easy
    But I promess You, I try

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://south-of-heaven.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: * When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|   

Revenir en haut Aller en bas
 
* When in New York, do as the New Yorkers do } |Noah|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (1950) March 20, New York City, New York, USA PHOTO étrange
» New York : une mosquée près de Ground Zero ?
» Les quartiers chics de New York envahis
» Les jeux du Cirque, à Eburacum / York
» New-York : des rats prennent possession de KFC-Taco Bell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
* South Of Heaven } :: { Bronx’s Borough * :: « Gradiva’s Place-
Sauter vers: